Evacuation de la Bourse du Travail: une mobilisation intacte!


Comme pour tout le monde, l’évacuation musclée de la Bourse du Travail, réalisée dans des conditions un peu floues, a été choquante. Rappelons que depuis maintenant un an, par centaine, des travailleurs sans papiers, menant leur vie de famille et professionnelle ici, se battent pour obtenir du gouvernement des papiers, avec des résultats trop décevants. Cette évacuation ne résout rien et n’a pas baissé la mobilisation des sans papiers ni le soutien que nous apportons à leurs combats.

Communiqué de Presse de la Ville de Paris – 25 juin 2009

Au lendemain de l’évacuation de la Coordination des Sans Papiers 75 (CSP 75) qui occupait depuis 14 mois la Bourse du travail dédiée aux syndicats, la Ville de Paris souhaite rappeler le soutien qu’elle a régulièrement apporté au combat des travailleurs sans papiers.

Dès leur première demande, le Maire de Paris a saisi le Préfet de Police le 24 avril 2008 pour soutenir leurs demandes de régularisation. Les représentants de la CSP 75 ont ensuite été reçus à l’Hôtel de Ville, le 20 mai 2008.

Par la suite, 3 réunions ont eu lieu à l’Hôtel de Ville entre les représentants de la Mairie et la CSP 75.

Bertrand Delanoë a toujours soutenu à Paris les familles sans papiers dont les enfants sont scolarisés et les travailleurs sans papiers, en lien avec tous les acteurs sociaux mobilisés, notamment les collectifs de sans papiers, la CGT, RESF… Constatant la lenteur du processus de régularisation, il a donc interpellé à plusieurs reprises depuis juin 2008 le Préfet de Police de Paris et le Ministre de l’Immigration. Pascale Boistard, son adjointe chargée de l’intégration et des étrangers non communautaires, a demandé le 26 janvier 2009 au Préfet de Police d’étudier avec bienveillance les 700 demandes de régularisations dont les dossiers ont été présentés par la CSP 75.

Aujourd’hui, ces travailleurs sans papiers se retrouvent sans solution. Il revient donc au Ministre de l’Immigration d’assumer les conséquences de sa politique et d’apporter, enfin, une réponse favorable à ces hommes et à ces femmes.


Article Categories:
Dans la presse · Kiosque · Mes coups de gueule · Mes positions

Commentaires

  • Mais ce sont des délinquants les immgrés clandestins. Car entrer en France sans papier est un crime. Alors, soit on est dans un Etat de droit et ces immigrés doivent être en prison ou rentrer chez eux, soit il n’y a plus de droit et là effectivement on fait n’importe quoi, mais dans ce cas pour quoi s’arrêter là? On pourra maintenant voler le bien d’autrui, tuer, tout casser,ne pas payer ses impôts sans s’inquiéter de poursuites judiciaires. Ou alors, changer la loi pour permettre aux dizaines de millions de crève-la-faim du Tiers-Monde de venir en France. Je serai surpris que la majorité des Français acceptent cela.

    Anonymous 21 août 2009 14 h 36 min Répondre

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *