Gaëtan Achenza ou la joie de vivre dans le 3e

Joie de vivre, fer de lance de l’innovation, bon esprit… Si le 3e n’avait pas existé, il aurait fallu l’inventer semble dire Gaëtan Achenza. Et on ne saurait lui donner tort. Il soulève quand même une question qui n’est pas simple à gérer: la cohabitation entre deux vies du 3e: la vie le jour, la vie la nuit. Pragmatique, nous demande-t-il d’être… Oui mais cela est plus facile à dire qu’à imaginer. Ne serait ce que parce que tous les cafés ne sont pas des cafés des chats…

Le 3e a franchi l’Histoire et s’est fait des histoires. C’est quoi votre histoire du 3e ?

Je suis arrivé dans le troisième à l’été 2010 par choix car de nombreux amis y vivent et m’ont loué le côté « village » de l’arrondissement. J’ai emménagé et je suis quasiment instantanément tombé amoureux du 3ème. C’est un arrondissement riche de son histoire extraordinaire et de son patrimoine. Les commerçants et habitants du 3ème partagent tous une sorte d’esprit unique dans Paris : la joie de vivre !! Cela fait maintenant cinq ans que je vis dans le quartier Saint Avoye.

Il bouge ce 3e. Vers qui, vers quoi, comment selon vous?

C’est un arrondissement jeune et innovant. Le troisième doit absolument continuer à être d’une certaine façon le fer de lance de l’innovation à Paris, mais il faut aussi savoir être pragmatique et permettre à tous d’en profiter, les habitants et les noctambules ! Maintenons un bon esprit entre habitants et établissements de nuit/restaurateurs qui jouissent d’une terrasse ! Quoi de plus agréable que de boire un verre à la Perle en fin de soirée ?

Et vous dans tout cela, quel est votre rôle?

J’ai suivi mon amie Margaux Gandelon dans son aventure d’entreprise en lançant avec elle le premier Café des Chats de France que je continue à gérer à ses côtés, encore une innovation dans le troisième ! Et je compte très bientôt ouvrir un autre établissement de restauration dans l’arrondissement !

 

Pour info: http://www.lecafedeschats.fr/


Article Tags:
Article Categories:
Au jour le jour · Le 3e, ses enfants rouges

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *