Passage Meslay, ouvre-toi…

meslay

Il est un passage qui permet de relier le 3e et le 10e en suivant l’alignement des passages des Gravilliers et de Rome (ce dernier n’existe plus), des rues Volta et du passage du Pont aux Biches, une curiosité urbanistique. Ce passage s’appelle le passage Meslay et commence dans la rue du même nom pour se finir sur le boulevard Saint Martin, évitant aux riverains de contourner ce dernier ilôt du nord du 3e et donc de se passer de 500 m de distance, pour rejoindre bibliothèque, conservatoires, commerces,…

Mais voila, ce passage est intégré à une copropriété qui a été vendue par la Ville au début du siècle dernier avec la mention d’une servitude de passage pour le public. Sans plus d’informations, ni sur les horaires, les fermetures ou les conditions d’entretien. Des usages se sont instaurés: ouverture en journée, toute la semaine, le passage étant surveillé par la gardienne. Mais voilà, le droit impose aujourd’hui une journée et demi continue de repos pour la gardienne, la jurisprudence demande un acte de la copropriété lui devenant opposable pour gérer les horaires d’ouvertures (acte qui n’a jamais existé pour ce passage), la gardienne a subi de multiples agressions par certains passants et la copropriété a beaucoup de mal à assumer les couts de son fonctionnement. Tout cela a fait que la copropriété a décidé de fermer le passage les samedis après midi, les dimanches toute la journée et lors des vacances de la gardienne.

Conscients des difficultés pour les riverains, Pierre Aidenbaum et moi-même avons rencontré par deux fois le Conseil syndical pour leur demander, dans un soucis de médiation, de reconsidérer leur position et de trouver les moyens de s’aligner sur les conditions d’ouverture des autres passages privés ouverts au public du 3e (fermeture la nuit et le dimanche uniquement). Il faut reconnaître que notre demande n’a pas été entendue… Et que cette situation va perdurer. Je regrette vraiment que les lois ne nous donnent pas plus de moyens pour faire respecter ces servitudes de passage public qui, si elles existent, sont le fruit de la construction et de la logique de nos quartiers…

Aujourd’hui, l’utilisation de ce passage privé par le public est soumis au bon vouloir de ces copropriétaires, malgré l’existence de cette servitude. Et pourtant, je continue à penser qu’il est pénalisant de ne plus avoir cette continuité de circulation et qu’avec un peu de bonne volonté, la copropriété aurait pu suivre nos conseils et trouver des solutions pour élargir cette ouverture (vidéoprotection, employé volant,…).


Article Tags:
Article Categories:
Au jour le jour · Construire le 3e

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RueDeBretagne