Deux belles rencontres avec l’économie sociale pour des solidarités locales

Carillon Alphonse - Image article

Programme abondant pour l’économie sociale et solidaire cette semaine puisque nous avons rencontré successivement les membres du réseau Le Carillon et de la plateforme collaborative Les Talents d’Alphonse.

Le Carillon est un réseau, développé dans le 11e arrondissement, qui à vocation à s’étendre aux arrondissements limitrophes. Il a été créé pour lutter contre l’exclusion des personnes à la rue. Répartis par zone, ses bénévoles travaillent à la construction de lien social. Forts d’une  expérience de terrain précieuse, je les ai invités à participer à la coordination des maraudes dans l’arrondissement. Le Carillon souhaite constituer un réseau de commerçants solidaires dans le 3e où chacun pourrait venir en aide aux personnes sans-abri, par de petites actions : pouvoir recharger un téléphone, lire des journaux, utiliser des toilettes… Nous y travaillerons avec mes collègues Nicole Bismuth-Le Corre, adjointe au maire chargée des commerces, et Laurence Hugues, adjointe au maire chargée de l’ESS. A plusieurs reprises des habitants de l’arrondissement ont écrit à l’adresse sdf3@paris.fr pour nous faire part de leur volonté de s’engager davantage sur les questions de solidarité à l’endroit des sans domicile fixe. Le Carillon leur offre cette possibilité puisqu’ils peuvent, par des consom’actions, obtenir auprès des commerçants partenaires des bons pour accéder à une boisson chaude ou un encas.

Les Talents d’Alphonse, quant à eux, érigent les liens intergénérationnels et promeuvent la transmission de savoir-faire. Cette plateforme met en relation des personnes du même quartier : des « Alphonse » ou « Alphonsine » expérimentés qui souhaitent partager leur savoir (bricolage, musique, photographie…) et des « Curieux » en recherche de progrès. Pour l’ensemble des domaines, la plateforme propose trois modes de fonctionnement : la personne retraitée enseignante est bénévole, elle peut tarifer son cours au prix unique de 15 euros de l’heure, elle peut enfin choisir de reverser cette somme à une association. Cette bourse locale correspond à une préconisation qui avait été mise en avant au cours de la conférence citoyenne « Ville amie des aînés ». Je me réjouis qu’elle soit portée par un entreprenariat social, jeune et dynamique, et dont le fondateur habite dans le 3! Je prendrai l’attache de structures comme la Régie de Quartier afin de renforcer leur présence dans l’arrondissement et d’en faire un acteur à part entière.

Je ne sais pas pour vous mais je pense qu’il est important d’apporter tout son soutien à ces deux démarches innovantes qui participent à la solidarité et favorisent les liens intergénérationnels dans l’arrondissement!


Article Tags:
Article Categories:
Au jour le jour · Un 3e disponible pour toutes et tous

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RueDeBretagne