Pourquoi il faut soutenir la Ruegolotte?

IMG_7835

« Les États parties reconnaissent à l’enfant le droit au repos et aux loisirs, de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge, et de participer librement à la vie culturelle et artistique ».

Article 31, Convention internationale des droits de l’enfant, 20 novembre 1989.

En 1972, De Pijp, un quartier populaire d’Amsterdam, comptait 40 000 habitants répartis sur 120 hectares. La densité de population (cinq fois supérieure au reste de la capitale hollandaise) et le manque d’espaces conduisirent un groupe d’enfants à réclamer la fermeture temporaire de rues. En l’absence de parc, la rue fermée à la circulation devenait la solution la plus évidente pour leur permettre de s’amuser.

Il est intéressant de remarquer que notre arrondissement présente les mêmes contraintes. De surcroit nous devons composer avec la présence des terrasses. Mettre en place une « rue aux enfants » dans le 3e arrondissement c’est imaginer un espace qui permettra le jeu, essentiel au développement de l’enfant. Créer une rue destinée aux enfants, c’est initier une réappropriation de l’espace public : aux dépens des véhicules motorisés ou des activités commerciales. Pour faire du lien.

En 2016, Saint-Denis, Nantes ou Bordeaux ont mis en place ce type d’expériences. Des barrières viennent matérialiser la fermeture temporaire ou pérenne de la voie. Cette fermeture, ponctuelle ou régulière, permet aux enfants de jouer en sécurité. Des marquages au sol proposent différents jeux qui sont encadrés par des associations jeunesse. La rue aux enfants leur permet également d’apprendre à faire du vélo en toute sécurité et en toute tranquillité.

Un projet parisien lauréat de l’édition 2014 du budget participatif prévoit la création de vingt rues aux enfants, une pour chaque arrondissement de Paris. Les premières seront inaugurées cet été, occasionnant un meilleur partage de l’espace public. Elles sont source de plaisir, créatrices de lien social et favorisent les échanges intergénérationnels.

C’est pourquoi il me parait important de soutenir l’association des parents de l’école des 4 Fils, promoteur de ce projet de la Ruegolotte (lauréat également du budget participatif en 2015 dans le 3e !) qui s’est déroulé cet après-midi de 16h30 à 18h30 rue des Coutures Saint Gervais. Ils ont reçu pour cela le soutien de l’association A l’adresse du jeu. Ce fut la première fois, l’occasion d’en faire le bilan et de voir les points d’amélioration pour, si les conditions sont requises, renouveler régulièrement l’expérience !

Pour rejoindre la communauté de la Ruegolotte : https://www.facebook.com/ruegolotte/

Et on passera volontairement sur ces odieux galeristes qui n’ont pas hésité à étendre de grands rideaux noirs aux écritures blanches accusant cette initiative de tous les mots… On aura même pu lire que la Ruegolotte allait être la cause de la mort des galeries… Que disait déjà Talleyrand? Ah oui: tout ce qui est excessif est insignifiant.


Article Tags:
Article Categories:
Au jour le jour · Se réunir dans le 3e

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RueDeBretagne