Rappeler l’histoire du 3e: Terrasse des 500 Délégués de la Commune

Voeu voté par le Conseil du 3e et le Conseil de Paris

La chute est la première cause de décès accidentels chez les personnes âgées en France. Pourtant, elles sont évitables car elles sont bien souvent dues à un environnement inadapté ou à la sarcopénie se caractérisant par une diminution des capacités musculaires. Chaque année en France, près de 400 000 personnes âgées font une chute accidentelle. Près de 12 000 personnes en décèdent. Après une chute, le risque de tomber à nouveau dans la même année est multiplié par 20. L’adaptation du logement ou la pratique d’une activité physique adaptée à l’âge peuvent faire reculer ce risque. Cet enjeu est important pour les dépenses médico-sociales car la prise en charge de la dépendance coûte beaucoup plus cher que les politiques de prévention.

C’est la raison pour laquelle la Mairie du 3ea soutenu en 2015 un projet de création d’un espace d’activité physique adaptée lors du budget participatif, choisi par les habitant.e.s et doté d’un budget de réalisation de 175 000 €. L’endroit pour accueillir ce lieu innovant était tout indiqué : la terrasse de la Résidence pour personnes âgées de 600 m² gérée par le Centre d’action sociale de la Ville de Paris au 2ter rue Au Maire. Ce lieu présente plusieurs avantages : en lien avec des usagers potentiels et prioritaires (les résident.e.s), un accès direct par la rue Volta, un accès PMR par la résidence, des synergies à créer avec le lieu intergénérationnel, le Club Emeraude et le Centre de Santé Yvonne Pouzin du rez-de-chaussée,… Un comité de pilotage pour réaliser ce projet a été mis en place avec la Mairie du 3e, le CASVP, des spécialistes de l’activité physique adaptée, des membres de la Conférence citoyenne Ville Amie des Aînés et le maître d’ouvrage. Un projet a été imaginé permettant de l’équiper de matériel d’activité physique adapté, d’ajouter une passerelle en bois pour la déambulation, de renforcer la palette florale, de maintenir des bancs, d’ajouter un potager partagé,… Le lieu ainsi rénové sera disponible fin décembre et sera mis à disposition d’associations qui pourront y accueillir des retraité.e.s souhaitant pratiquer de l’exercice physique pour renforcer leur équilibre. Les résidents y auront aussi accès.

Travailler sur ce projet a également été l’occasion de découvrir l’histoire de cet immeuble. Et quelle histoire ! Puisque c’est à cette adresse que furent créés les Comités républicains de vigilance et le Comité central des Vingt arrondissements par 400 à 500 délégués de l’Internationale le 5 septembre 1870, prémices de la Commune de Paris.

Il s’agit là d’un organe parisien créé dès la proclamation de la République le 13 septembre 1870 afin d’obtenir du Gouvernement de la Défense nationale des mesures politiques et sociales favorables aux classes populaires. Il réclame également la suppression de la police d’État, la liberté de la presse, de réunion et d’association, l’amnistie politique et la levée en masse de la population pour faire face à l’invasion du territoire par les troupes allemandes. Le 5 septembre, entre 400 et 500 délégué.e.s ouvrier.e.s décident de créer dans chaque arrondissement un comité républicain ou comité de vigilance et de défense, qui délègueront chacun deux membres pour former un Comité central. Grâce à l’action des Internationalistes, le Comité central est en place le 11 septembre. Le 14, il fait placarder une affiche roseappelant à la formation de la Commune de Paris.

Dès lors, l’antagonisme entre le Comité central et le gouvernement de la Défense nationale va se durcir. À partir du 1erjanvier, il se rebaptise Délégation des Vingt arrondissements. C’est elle qui fait placarder le 5 janvier l’Affiche Rouge qui appelle à la formation de la Commune à Paris. Après le soulèvement du 18 mars 1871, la délégation reprend son nom deComité centralqui disparaîtra le 19 mai, à la veille de la Semaine sanglante.

Aussi, afin de marquer l’histoire de cet emplacement, fondateur dans l’histoire de la Commune de Paris, Pierre Aidenbaum, Maire du 3e, Gauthier Caron-Thibault, premier adjoint au maire du 3een charge des personnes âgées, Yves Peschet, adjoint au maire en charge de la mémoire, etles élu•e•s des Conseils du 3eproposent que ce lieu prenne le nom de « Terrasse des 500 Délégué.e.s de la Commune» en souvenir de celles et ceux qui ont été les premier.e.s acteur.rices.s de cette période si importante pour la Capitale.


Article Tags:
Article Categories:
Le 3e, ses enfants rouges · Non classé

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *