Une rencontre pour coordonner les solidarités dans l’arrondissement


A l’heure où le gouvernement se démène pour faire revenir la croissance sur notre pays, force est de constater que certaines mesures nationales vont avoir un impact sur le pouvoir d’achat des parisiennes et des parisiens. Il est donc de notre responsabilité d’en corriger les effets en créant un bouclier social pour les couches moyennes à Paris. C’est ce que Bertrand Delanoë a annoncé le 10 octobre dernier, j’y reviendrai plus lors du Conseil de Paris de lundi et mardi prochain.
Ce bouclier est d’autant plus nécessaire qu’il rencontre une évolution des publics rencontrés par les services sociaux. La crise aidant, des personnes sollicitent l’aide municipale alors que jamais eux comme nous n’auraient pensé qu’ils auraient été amenés à le faire. Des pertes d’emplois sans retrouver des positions salariées pour certains, des logements qu’on ne peut plus payer, des déclassements à un âge avancé,… Toutes ces situations vont rejoindre celles déjà lourdes de l’impact de la crise sur les personnes fragiles et très modestes.
Aussi, nous avons voulu dans l’arrondissement renforcer le lien qui existe entre tous les acteurs sociaux. Qu’ils soient employés de la Ville, subventionnés par la Ville ou juste présents dans la Ville, toutes ces structures oeuvrent pour les parisiennes et les parisiens sur une très grande diversité de thème. On pense bien sûr aux services sociaux, aux CAF, etc,… mais il existe également bon nombre d’associations qui aident à faire des CV et à réussir les entretiens d’embauche, qui accompagnent les personnes handicapées dans leurs recherches d’emplois, qui fournissent le matériel nécessaire et gratuitement lors de l’arrivée d’un enfant,…
Et le drame de tout ce secteur est de ne pas se connaitre suffisamment. Donc nous avons voulu les inviter à se rencontrer le temps d’une matinée. De manière totalement informelle. Lâchons le mot : autour d’un café et de leur spécificité d’interventions. Ce moment a permis aux travailleurs sociaux de mieux connaître le panel des acteurs qu’ils peuvent mobiliser en cas de besoin, les associations ont pu rencontrer les services de la Ville et tisser des relations de travail,… L’objectif est simple mais il est au combien concret.
Je remercie donc le SSDP, le CASVP, l’association Jean Coxtet, JCLT, l’œuvre Falret, la PMI, Emmaus, le Carrefour des acteurs sociaux, le SSIAD, le CLIC, le service social scolaire,… d’être venu pour cette matinée de rencontres afin de monter des projets à venir pour répondre à la demande sociale des habitants de notre arrondissement.

Article Categories:
À Paris · Au jour le jour · Le 3e, ses enfants rouges · Un 3e disponible pour toutes et tous

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *