Enquête publique du PSMV: chacun responsable de son quartier

En novembre, la saga de la révision du Plan de sauvegarde et de mise en valeur du Marais s’est poursuivie par l’adoption du projet de sa révision par le Conseil de Paris. Ce document d’urbanisme définit l’évolution du foncier et de son occupation en prenant en compte la spécificité historique et patrimoniale du centre de Paris. Aujourd’hui, nous en sommes à l’enquête publique.
Ce travail de concertation urbanistique a débuté en 2009 avec des réunions publiques de présentation des enjeux, des conférences, quatre groupes de travail associant habitants, commerçants, conseillers de quartier et représentants associatifs locaux et maintes réunions de travail avec l’Atelier Blanc Duché, architectes urbanistes missionné par l’Etat pour orchestrer la phase d’étude.
Nous avons donc pu présenter un nouveau document qui, je le pense, nous donnera les moyens d’améliorer durablement le cadre de vie des habitants, de stimuler la création d’emplois et de réduire les inégalités pour assurer la mixité sociale. En tous cas, j’ai oeuvré à ma place pour plus de logements sociaux.
C’est maintenant l’avant dernière phase ultime : la soumission à enquête publique. L’objectif est simple : faire vérifier par celles et ceux qui vont vivre cet urbanisme renouvelé que le projet correspond bien à leurs attentes. Et cette démocratie poussée jusqu’au bout s’inscrit dans notre volonté d’associer au maximum les citoyens à leur environnement, tant à sa défense qu’à son aménagement. Cela peut paraître grandiloquent mais cette notion et cette pratique s’inscrivent dans la charte de l’environnement de notre Constitution depuis 2004 qui précise qu’il est du devoir de chaque citoyen de protéger son environnement et dans la Convention d’Aarhus signée par la France en 1998 visant à l’améliorer l’information environnementale dans les procédures législatives.
Cette association du grand public à la question de la protection de l’environnement et donc la question de sa juste et bonne information lui permet d’y voir plus claire et de pouvoir choisir ce qu’il est prêt à garder et ce qu’il est prêt à faire évoluer, sans rester contraint par des a priori, des on-dit, des injonctions contradictoires,… comme le sont certains quand on parle de nature dans la ville, sujet tellement complexe car il fait résonnance en un même lieu à notre envie d’espaces verts comme à notre souhait d’avoir des crèches pour nos enfants.
Citons pour donner un exemple la placette du carrefour Temple Haudriette dont il est proposé de réserver la constructibilité pour une crèche et qui semble éveiller le débat. Pour ma part, fier de ce que nous avons fait pour les espaces verts dans cet arrondissement (réhabilitation de plusieurs d’entre eux (Anne Franck, Madeleine de Scudéry,…) et ouverture du Jardin des Archives), mesurant les besoins en crèche des familles de notre arrondissement, la qualité et l’importance particulièrement notable mais néanmoins confidentielle de ce tout petit square Renée Vivien, l’intérêt de se pencher plus sur la question de la végétalisation des murs, de nos ilots (d’où les objectifs de notre OPAH) et de nos rues, je ne vois pas d’obstacle à cette mesure qu’introduit le PSMV. D’autant que constructible ne veut pas dire qu’il y a déjà un projet tout prêt, dans les cartons, et que, le jour où, il sera défini avec les riverains pour une bonne insertion urbaine et environnementale. De surcroit, en flèchant l’usage de la parcelle uniquement pour une crèche, on évite que d’autres envies farfelues puissent voir le jour, en cas de changement de majorité: parking, immeuble très dense,… . Si on ne le fait pas maintenant, il faudra attendre une prochaine (et lointaine) révision de ce document d’urbanisme.
Mais c’est vous qui avez la parole maintenant, jusqu’au 22 mars* pour aller à la Mairie du 3e déposer vos remarques sur le travail accompli. Et soyez sûr que le Commissaire Enquêteur qui in fine consolidera toutes vos remarques saura faire valoir les plus judicieuses pour que ce nouveau projet de PSMV soit conforme aux attentes des habitants.
*Pour prendre connaissance du dossier soumis à l’enquête et consigner vos observations éventuelles sur les registres mis à votre disposition aux créneaux horaires suivants :
Les lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi de 8h30 à 17h au Relais Informations Familles,
Les jeudi de 17h à 19h30 au Service à la Population (ex Etat civil).
Ou
Pour rencontrer le commissaire enquêteur mandaté par la Préfecture lors de ses permanences :
Samedi 9 mars 2013 de 9h à 12h (salle Bretagne)

Article Categories:
À Paris · Au jour le jour · Construire le 3e

Commentaires

  • En même temps, c’est la spécialité de « Vivre le Marais » qui devrait plutôt se nommer « Comment faire crever le Marais » de polémiquer pour rien. Aussi, si le projet de la crêche à cet endroit est pertinent ou pas mais ce que je sais c’est que je me méfie de ce groupe malveillant qui veut penser à notre place…. aussi serait-il intéressant d’avoir plus d’info sur le projet histoire de se faire une opinion…..farid

    Anonymous 5 mars 2013 8 h 41 min Répondre
  • Une fois la crèche construite, dans cet endroit déjà hyperdense où le square est la seule respiration, « Vivre le Marais » qui tue le Marais à petit feu demandera la fermeture des établissements de nuit voisins au nom des enfants…

    Anonymous 5 mars 2013 9 h 44 min Répondre

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *